Les sources

Un descriptif du château au début du XVIIe siècle

Vue sud-ouest du rocher sur lequel était assis le donjon. Carte postale du début du XXe siècle.

En 1628, dans cette période de conflits entre grandes nations européennes qui allait aboutir à la guerre de 10 ans pour la Franche-Comté, M. de Frontenay fut mandaté par le Comte de Champlitte pour une inspection du château en vue d'une remise en état de défense. Il livra ainsi un descriptif assez détaillé des basse et haute cours (le donjon primitif du XIVe siècle qui nous intéresse ici particulièrement, dont le texte est repéré en caractères gras) :

"Le chasteau de Laygle est basty et ediffie sur un grand rocher hault esleve qui le rend inaccessible du coste du septentrion (au nord) et du soleil couchant, a cause des precipices dont il est entoure et pour le flanc qui vise du coste du soleil levant, il est aussi quasy inaccessible, parce qu'il est couvert et espaule d'un aultre rocher qui continue tout le long de ce flanc là, et encore une partie de ladicte basse cour ; et quant a l'aultre et quatrieme flanc dans lequel est la porte dudict chasteau, il est entouré d'un fossé et d'un précipice voisin, et joignant ledict fossé et quant à ladicte basse cour, nous l'avons trouvée et jugé fort capable pour loger une grande quantité de bestiaulx jusqu'à huilt cens, tant chevaulx que bestes à cornes, qui pouroient etre asseurement conservées en lacdite en ce qui est de son ouverture de murailles rocher d'environ vingt toises (39 à 46 m selon étalon de référence) de longueur, parce que quasi au milieu d'icelle vis à vis de la porte dudict chasteau il y a une bonne tour carrée faicte à voulte ou il y a des ouvertures de cannonières à oeuil de boeuf qui commandent par toute la dicte basse court pour laquelle il n'y a qu'une seulle advenue, laquelle peult estre empeschée et deffendue au moien de la dicte tour. Par apres estant rentrez dans le dict chasteau avons recongnu quil est basy de bonne muraille espesse d'environ six piedz (1.95 m), composé de trois chambres basses la première desquelles est longue de douze pas (7.5 m) et large d'unze (7 m) et les deux aultres sont d'un peu moindre capacité, fournies toutes trois de leurs cabinetz, sans y comprendre la chapelle et oratoire qui est au joignant de la première chambre du costé de la porterie, au dessus desquelles chambres basses sont trois chambres haultes de pareille largeur et grandeur, assorties de mesme de leurs cabinetes ausquelles l'on monte par un beau escallier de pierre de taille, à main droicte duquel la porte dudict chasteau est une meurtrier ort propre (hors murs) pour la défense d'icelle et pour empescher l'entrée audi chasteau, par ce qu'elle bat entre les deulx portes, scavoir entre celle du pont levys et l'aultre quy est au dedans du chasteau, auddessus de laquelle meurtriere sont trois fenestres qui regardent sur le pont levys pour deffendre l'entree et au dessus des dictes chambres haultes sont beaux greniers et places vuides qui occupent toute l'étendue et capacité du dict chasteau, ayant veu en iceulx, comme il y a moulin à bras, et par après estant descendus de rechef aulx chambres basses, avons esté conduictz à la cave assez spacieuse et composée d'une voulte, au joignant de laquelle est une aultre voulte destinée pour faire une cisterne, a ce qui nous a esté dict et remonstré, et de plus on nous a faict voir un four qui est dans la cuisine, de sorte que nous avons recognu le dict chasteau estre fort bon et tenable et assez spacieux pour loger deulx cens tant en hault qu'en bas, la dicte tour servant à la défense de la dicte basse cour fournie de légitime défense".

D'après cette description, le donjon primitif comprenait donc 4 niveaux :

- les caves voutées (cellier, cuisine, salle de garde, latrines et citerne) qui étaient disposées à la périphérie du rocher (au nord et à l'ouest)

- les "chambres basses" (trois) dont la chapelle-oratoire vraisemblablement au sud-ouest

- les "chambres hautes" à l'aplomb des chambres basses

- les combles supposées entourées d'un chemin de ronde crénelé

La mention d'une "meurtrier ort propre" (meurtière hors murs) au niveau des chambres basses suggère l'existence d'une bretèche faisant office de chambre de tir (et peut-être aussi de chambre de herse) à l'aplomb de la poterne. Cette chambre de tir est surmontée de trois fenêtres au niveau de la première chambre haute ou bien des combles, auquel cas il pourrait s'agir d'anciens créneaux. Ceci incite à penser que la poterne se situait au même niveau que celui des "caves", mais du côté opposé (sud) du rocher, ce qui est très plausible après observation sur le terrain.

Concernant cette meurtrière "par ce qu'elle bat entre les deulx portes, scavoir entre celle du pont levys et l'aultre quy est au dedans du chasteau" on peut comprendre que le pont-levis était déporté à l'extrémité d'une passerelle qui enjambait le fossé et non pas intégré au donjon.

Quant à la mention sur sa capacité d'accueil d'une garnison : "assez spacieux pour loger deulx cens tant en hault qu'en bas" qu'on pourrait traduire par un hébergement de 200 hommes tant dans le donjon que dans la basse cour, elle nous semble très exagérée. La surface intérieure au sol de la grosse tour (hormis les "caves" en appentis) étant de l'ordre de 118 m², la totalité des 3 niveaux (chambres basses, hautes, et combles) représenterait un total de 354 m², soit seulement 3,5 m² par homme !

Le relevé planimétrique

Etat premier du château au XIVe siècle. Unité de Recherche Cartusienne, J.-L. Mordefroid del.

Des fouilles menées sous la direction de J.-L. Mordefroid dans les années 1980 ont permis des relevés des différentes époques de construction du château. Ainsi la construction initiale du gros donjon du XIVe siècle (période qui intéresse la présente reconstitution) a été complétée à partir de  la fin du XVIe siècle par une basse cour construite au pied oriental du donjon.

Écrire un nouveau commentaire: (Cliquez ici)

123siteweb.fr
Caractères restants : 160
OK Envoi...
Voir tous les commentaires

Commentaires

17.07 | 00:45

Merci ! Un décryptage difficile et toujours sujet à caution, mais des plus passionnants en confrontant terrain, relevés et description du XVIIe siècle.

...
17.07 | 00:00

Encore une reconstitution passionnante, richement documentée et très étayée.
Vous facilitez la compréhension du site, peu lisible dans son état actuel...

...
12.07 | 20:33

M. Rizzon, bravo ! Vous avez gagné toute mon estime renouvelée !

...
01.06 | 23:26

C'est une possibilité... Nous le saurons bientôt !

...
Vous aimez cette page