Les vestiges

Site d'Arlay, vu de l'ouest. A droite : rempart sud du bourg dessus dominant les vignes du domaine.

Le Bourg Dessous

Emplacement de la porte d'amont, sous le rocher qui porte encore les fondations de la tour Dame Jeanne.

Il ne reste que peu de vestiges antérieurs au XVIe siècle, les troupes de Louis XI ayant pillé et ravagé le bourg en 1479. Toutefois la structure des rues est demeurée quasi inchangée, le bourg dessous étant traversé par quatre rues parallèles :

- La grande rue qui traversait le bourg d'Est en ouest de la porte d'amont (sous la tour Dame-Jeanne - photo ci-contre) à la porte d'aval.

- La rue d'aval, parallèle à la grande rue et juste au nord, la rejoignait à ses extrémités Est et ouest.

- La rue Saint Claude, au sud de la grande rue et qui bordait l'église Saint Claude.

- La grande montée d'où partait le chemin qui montait au bourg dessus.

Vue ouest de la rue Saint Claude depuis la roche Dame Jeanne. Les maisons les plus anciennes datent de la reconstruction du bourg au XVIe siècle et de l'abandon par les familles nobles du bourg dessus.
Maison du XVIe siècle et sa viorbe, bordée au sud par la grande rue et au nord par la rue Saint Claude.
Chapelle (XIVe siècle) de l'hôpital du Saint-Esprit (à gauche), juste à la sortie de la porte d'Aval (disparue). A droite : tour d'angle de la Chevance d'Or.
Tour du Tortelet flanquant l'ange nord-ouest de l'enceinte du bourg dessous.
Au fond à gauche : moulin à farine au nord de l'enceinte disparue du bourg dessous, installé le long du canal de dérivation de la Seille. Déjà attesté au XIIIe siècle, il fut reconstruit au XVIIIe siècle et restera en service jusqu'en 1960. A droite : tour du Tortelet (angle nord-ouest de l'enceinte du bourg dessous).
A l'arrière plan à l'aplomb des tours de la Chevance d'or : roche Vuillaffans qui supportait la tour Chantemerle (limite nord-ouest du bourg dessus) vue depuis le pont sur la Seille.
Maison forte de la Chevance d'Or (XIVe siècle, incendiée au XVe siècle, puis remaniée au XVIe et XVIIIe siècle) vue depuis la roche de Vuillaffans (à l'emplacement de la tour Chantemerle disparue).

Le Bourg Dessus

C'est au bourg dessus que les vestiges médiévaux d'Arlay se trouvent le mieux conservés grâce au rempart sud encore en élévation sur toute sa longueur, s'étendant au sud-ouest de la tour Barnaud (à gauche sur la photo) jusqu'àux tours bordant l'est de la haute cour du château.

Porte de l'Epinette. Elle était munie d'une simple herse dont la rainure est encore parfaitement visible depuis la grille, mais vraisemblablement sans pont-levis (aucune trace de rainures de bras). Un fossé aujourd'hui comblé la bordait au sud (encore mentionné sur les plans du XVIIIe siècle). Les cinq corbeaux visibles en haut de la muraille à l'aplomb de la porte trahissent l'existence passée d'une large bretèche.
Détail de la muraille à l'ouest de la porte de l'Epinette. A noter le ressaut du mur sous la fente de tir à droite. Au fond à gauche : la tour Barnaud.
Juste à l'est de la porte de l'Epinette se trouve une tour en éperon très épaisse qui devait s'avancer en saillie au dessus du fossé disparu. Une cheminée engagée se distingue encore sur sa face nord (voir plus bas).
Flanc oriental de la haute cour du château dans le prolongement du rempart sud du bourg dessus. A gauche bâtiment (remanié au XVe siècle) comprenant une cuisine (au rez-de-chaussée) et la chapelle castrale (XIVe siècle) à l'étage. A droite, tour carrée aux angles arrondis (tour Griffonne ?)
Intérieur de la tour Barnaud flanquant l'angle sud-ouest de l'enceinte du bourg dessus.
Intérieur de la tour semi-circulaire flanquant l'ouest de la porte de l'Epinette. A gauche, on distingue l'entrée d'un bâtiment ayant pu abriter une salle de gardes.
Porte de l'Epinette vue du nord (bourg dessus). La herse était actionnée depuis la chambre de herse à l'aplomb de la porte. A noter les corbeaux qui soutenaient la poutraison des planchers.
Vue ouest de la muraille sud du bourg dessus depuis le seuil du donjon du XVe siècle.
Bâtiment de la haute cour comprenant la cuisine (au rez-de-chaussée) et la chapelle castrale (à l'étage). Des placards encastrés sont visibles dans le mur en bas à gauche. Des arcs doubleaux inscrits dans le mur indiquent l'existence de voutes en croisée d'ogives.
Vue sud-est du bâtiment de la chapelle castrale et de la cuisine du château.
Vue sud-ouest du bâtiment de la cuisine et de la chapelle castrale.
A gauche, le bâtiment de la chapelle castrale. A droite, emplacement du donjon XIIIe siècle démantelé sous Louis XI et réaménagé en kiosque au XVIIIe siècle. Bien que vraisemblablement construit à partir des pierres du donjon primitif, le plan actuel de cette plateforme entièrement rebâtie ne correspond plus à celui du donjon très ruiné au XVIIIe siècle. Entre ces deux bâtiments se trouvait une porte d'accès à la haute cour. Un mûr de type "carolingien" (appareil de pierres avec assises obliques alternées) datable du IXe siècle tapisse la base du rocher sous le donjon à l'ouest.
Intérieur de la tour éperon. Au centre : la cheminée engagée dans la paroi.
Escalier d'accès à la courtine à l'est de la porte de l'Epinette. On en dénombre trois sur le rempart sud du bourg dessus. Des ouvertures signalent l'existence d'une habitation aménagée sous l'escalier.
Château du Pin vu du pied du rempart sud.

Écrire un nouveau commentaire: (Cliquez ici)

123siteweb.fr
Caractères restants : 160
OK Envoi...
Voir tous les commentaires

Commentaires

17.07 | 00:45

Merci ! Un décryptage difficile et toujours sujet à caution, mais des plus passionnants en confrontant terrain, relevés et description du XVIIe siècle.

...
17.07 | 00:00

Encore une reconstitution passionnante, richement documentée et très étayée.
Vous facilitez la compréhension du site, peu lisible dans son état actuel...

...
12.07 | 20:33

M. Rizzon, bravo ! Vous avez gagné toute mon estime renouvelée !

...
01.06 | 23:26

C'est une possibilité... Nous le saurons bientôt !

...
Vous aimez cette page