Château de Binans

En orange : Enceinte de la basse-cour, en rouge : emprise de la haute-cour incluant les fossés. En bleu : sentier d´accès aux ruines (chemin médiéval).

Binans, situé à 10 km au sud-est de Lons-le-Saunier, est aujourd'hui un hameau rattaché à la commune de Publy, 1,6 km à l'ouest. Une importante forteresse fut construite au XIIe siècle sur l'extrémité méridionale d'un éperon dans le prolongement de la côte de l'Heute. Les ruines du château dominent le village d´une centaine de mètres, à l´altitude de 634 mètres. Selon Rousset, un bourg fortifié occupait le pied de la côte à l'est (combe d'Ain) qui fut pillé et brulé par Louis XI à la fin du XVe siècle, puis totalement abandonné à la suite du passage des troupes d'Henri IV en 1595. Il n'en reste plus aucun vestige aujourd'hui et ce bourg n'est plus localisé.

Des héritages mouvementés

Extrait de carte d´état major du XIXe siècle.

Le premier sire connu est Roland de Binans cité dans une charte en 1147. Son petit-fils Guy II devint vassal en 1247 des comtes de Chalon suite à l´acquisition par Jean l'Antique de la seigneurie de Salins et de ses dépendances en échange d'une partie de ses titres en duché de Bourgogne. Renaud, fils de Guy II, vit ses terres confisquées suite à son mariage avec une demoiselle de Brancion sans autorisation de son suzerain et Jacques d'Augicourt, seigneur de Montaigu vint assièger avec de fortes troupes le château qui capitula sans combattre. Il fut repris par surprise quelques mois plus tard en 1293, mais la confiscation fut officialisée en 1294 lorsque le comte Otton V déclara devant Philippe le Bel le don de plusieurs châtellenies, dont Binans, à son frère Renaud de Bourgogne. Ce dernier accorda une charte de franchises aux habitants de Binans en 1295. Alix de Montbéliard, qui épouse en 1317 Jean II de Chalon-Auxerre, en hérita de Renaud son père et habita souvent le château.

 

Armes de Binans : d´azur à la bande dentelée d´or, accompagnée de six croisettes de même.

La fille de Jean II et d'Alix, Henriette de Chalon, épousa en 1358 Hugues V de Vienne et lui fit don de la châtellenie de Binans qui devint ainsi une possession des Vienne, grands rivaux des Chalon, jusqu'au mariage d'une de ses arrières petites nièces, Jeanne, avec Jean de Longwy en 1436.

La seigneurie demeura propriété de la famille de Longwy jusqu'au mariage des trois filles de Christophe de Longwy avec trois frères de Rye, ce qui entraina un procès sur sa succession qui s'éternisa de 1577 à 1623. 

Résistance et démantèlement

Lithographie réalisée par Alphonse Bichebois (1825), représentant les ruines du château de Binans dans un style très romantique. Au fond à droite : le donjon de Beauregard.

Comme Rousset le décrit dans son dictionnaire des communes du Jura, le château fit montre à plusieurs reprises d´une farouche résistance aux tentatives de prise par les assiégeants.

En 1353, Jean II de Chalon-Auxerre résista au siège des troupes réunies du comte de Namur et de l´abbé de Saint-Claude. Les routiers de Thiébaud de Chauffour tentèrent vainement de le prendre à plusieurs reprises en 1361. Lors de la première conquête francaise, Louis XI ne réussit pas à s´en emparer. La première réelle reddition intervint en 1595 face à l´armée d'Henri IV. Au cours de la guerre de dix ans, pendant le siège de Lons-le-Saunier de 1638, il servit de refuge aux habitants de Conliège et d'abri à leurs titres.

Louis XIV finit par le faire démanteler en 1668. Néanmoins, le capitaine Lacuzon établit ses troupes dans les restes du château pendant toute l´année 1671 avant de trouver refuge au château de Saint-Laurent-la-Roche (qui finit intégralement rasé par le même rmonarque).

Le témoignage de Rousset au XIXe siècle et la lithographie ci-dessus témoignent de vestiges encore très conséquents au regard de l´état actuel, ce qui semble indiquer qu'il servit, comme beaucoup de ses homologues, de carrière de pierres pour les habitants des environs bien après son démantèlement.

 

Écrire un nouveau commentaire: (Cliquez ici)

123siteweb.fr
Caractères restants : 160
OK Envoi...
Voir tous les commentaires

Commentaires

20.03 | 17:48

En effet on ne s'en prive pas puisque c'est un peu l'optique du site. Par ailleurs des remaniements sont à paraître d'ici fin mars... A suivre !

...
19.03 | 19:55

Pourquoi se priver... On est dans le virtuel... Très contente de visiter l'intérieur de ce bâtiment dont je ne connais que les restes extérieurs.

...
12.03 | 14:33

Merci. Ce prieuré est un exemple assez frappant des héritages monastiques qui suivirent une implantation érémitique probable compte tenu de l'isolement du site.

...
12.03 | 06:52

Bravo pour cette nouvelle reconstitution d'un site fort peu commun et assez méconnu du grande public !

...
Vous aimez cette page