Les vestiges

Vue plongeante sur la partie nord de Poligny depuis la Grande Corniche.

Poligny a conservé un patrimoine religieux conséquent, dont une bonne partie remonte aux XIIIe (église de Mouthier-le-Viellard, église des Jacobins) et XVe siècles (couvent des Soeurs Clarisses, collégiale Saint-Hippolyte). Les reconstructions des XVIe, XVIIe, et XVIIIe siècles n'ont pas totalement effacé les éléments médiévaux civils (tours d'enceinte, tourelles d'hôtels nobles) et leur inventaire serait trop long à présenter dans ce chapitre. Nous nous sommes donc bornés à évoquer quelques édifices, parmi les plus emblématiques de la ville, mais surtout à décrypter ceux qui, moins lisibles (enceinte, château de Grimont) ont en grande partie disparu.

Mouthier-le-Vieillard

Clocher de l'église de Mouthier-le-Vieillard vu depuis la tour de Paradvis

Etrangement à l'écart du centre moderne de la ville, l'église de Mouthier-le-Vieillard pourrait passer inaperçue pour le visiteur traversant distraitement Poligny... Et pourtant, c'est autour de cette première église que battit le coeur de la petite bourgade originelle du IXe siècle, bien avant de devenir un simple faubourg de Poligny.

Tour de Paradvis (récemment restaurée) vue de l'ouest.
Tour des Jacobins incorporée au lycée Hyacinthe Friant. Au premier plan, vestige du mur d'enceinte qui reliait la tour à la porte des Maiseaux. Vue du nord-ouest.
Vestige possible de la tour de Lure appuyée contre le couvent des Ursulines. Rue Victor Hugo.
Vestige d'une des deux tours semi-rondes qui encadraient la porte de l'horloge (rue Voltaire).
Ancienne tour de l'enceinte ouest du XIIIe siècle, réformée en maison d'habitation. A gauche : fente de tir à étrier; au centre : fente de tir à croisillon, éléments typiques du XIIIe siècle. Vue de l'ouest.
Tour Saint-Laurent à l'angle nord-ouest du bourg, construite en 1450. Vue du nord-ouest.
Tour de la Sergenterie (XIIIe siècle, remaniée aux XVe et XVI siècles); angle nord-est du bourg. Vue du sud.
Mur d'enceinte nord reliant à flanc de coteau le bourg au château de Grimont. Vue du nord-ouest.
Vue Est de la partie Centrale de Poligny depuis le trou de la Lune.

Intra-muros, la petite cité médiévale ne comptait pas moins de quarante-neuf familles nobles en 1380, qui toutes possèdaient une maison ou un hôtel maçonné garnis de tours et tourelles. Au cours des siècles et suite aux nombreux incendies que connut la ville, ces hôtels furent reconstruits dans le style de l'époque. De nombreux vestiges du XVe siècle ou antérieurs sont néanmoins encore décelables.

  • A : maison de Jean Chousat (contre la chapelle de la Congrégation du XVIIIe siècle)
  • B : hôtel de Patornay et ses deux tourelles flanquant le corps de logis principal
  • C : ancienne Aule ou Prévôté : premier "Hotel de Ville" de Poligny reconstruit aux XVIIe et XVIIIe siècles pour devenir la mairie actuelle
  • D : Possible vestige de la tour l'Aule qui flanquait la Prévôté
  • E: hôtel de Maillardet, dont on aperçoit la tourelle derrière le corps de logis
  • F : hôtel des Bouchard/Guichard/Vers/Gay/Masson (XIVe - XVIe siècles)
  • G : hôtel du Hamel (tour Dagay); extra-muros : premier hospice du Saint-Esprit selon Pidoux de la Maduère
  • H : emplacement supposé, extra-muros, de la maison forte de Longeville (hypothèse jura-3d)

Le château de Grimont

Superposition du parcellaire de 1835 (traits rouges) et d'une photo aérienne IGN de 1964.

Le château de Grimont, cité pour la première fois dans la première moitié du XIe siècle, était un château comtal, surtout connu jusqu'au XVIe siècle pour abriter les chartes, sceaux et archives des seigneuries du comté de Bourgogne. Il était réputé très fort (comprendre quasi-imprenable), ce qui fut le cas jusqu'à la guerre de dix ans et son démantèlement complet à partir de 1643.

Elevé sur une roche isolée de la côte par un profond fossé au nord-est, il présente encore quelques structures bien lisibles, en particulier dans la basse-cour. Par contre, bien peu de vestiges émergent encore dans la haute-cour, hormis les fondations de la courtine nord-ouest à ras du petit plateau sommital très reserré. Lorsque les vestiges apparents font défaut, et sans fouilles ou relevés d'archéologues, il faut de contenter des descriptions du XVe siècle, du dessin de Claude Luc du milieu du XVIe siècle, des cadastres des XIXe et XXe siècles, et de la configuration du relief pour tenter une interprétation et une proposition de restitution.

Vue nord-est du rocher de Grimont depuis le Trou de la Lune.
Fossé nord-est barrant le pied de la butte de Grimont. Sur le flanc nord-est (à gauche sur l'image) affleurent des portions de glacis maçonné en pierre de taille (non daté).
Angle sud-ouest de la basse-cour.
Escalier à deux volées d'accès à une poterne de la basse-cour depuis les lices. Vue du sud-ouest.
Mur d'enceinte de la basse-cour. Vue de l'est.
Angle sud de la tourelle (de guet ?) à l'ouest de la basse-cour, flanquant une poterne (en haut à droite).
Au premier plan, piédroit de la poterne ouest flanquée par une tourelle (de guet ?)
Emplacement supposé des assises du donjon épaulé contre le rocher sommital. Vue du nord-est.

Écrire un nouveau commentaire: (Cliquez ici)

123siteweb.fr
Caractères restants : 160
OK Envoi...
Voir tous les commentaires

Commentaires

21.05 | 21:05

Super
Un de mes ancêtres a été inhumé dans l'église St Claude .
François Chamoy le 19/04/1688, sa fille Marie et son mari Antoine Dosse en 1728

...
19.04 | 10:21

Superbe travail ! Qui mériterait d’être soutenu par le département (peut soucieux de valoriser l’histoire et le patrimoine médiévale du Jura)

...
02.10 | 16:44

Merveilleux souvenirs de promenade des années 1950

Quel point de vue!

...
06.08 | 07:50

Bonjour, merci pour votre commentaire. Je suis passé à Crillat mais n'ai jamais visité le site du château. Reste-t-il des vestiges ?

...
Vous aimez cette page