Château de Montrond

Le long de l'ex RN5, à 12 km au sud-est de Poligny et 10 km au nord-ouest de Champagnole, une importante forteresse fut implantée au sommet d'une colline dominant d'une centaine de mètres le premier plateau environnant et le village de Montrond construit à ses pieds. Les imposants vestiges du donjon, baptisé "tour Othon" du nom de son bâtisseur par les habitants, sont aujourd'hui masqués par le bois qui recouvre le tiers supérieur de la butte.

Les origines

Bannière des premiers comtes de Bourgogne.

A la suite de l'assassinat du comte et duc de Bourgogne Othon 1er (fils de l'empereur Barberousse) le 13 janvier 1200, sans héritier mâle, des revendications de succession émergent parmi les prétendants à la couronne du Comté. Mais c'est sa fille Jeanne qui lui succède jusqu'à sa mort prématurée en 1205. Sa soeur Béatrice reprend alors la couronne, et épouse en 1208 le duc Othon 1er d'Andechs et de Méranie. Il prend ainsi le titre d'Othon II comte palatin de Bourgogne.

Etienne II comte d'Auxonne et de Vienne (futur Etienne III de Bourgogne) étant de la lignée de la branche cadette des comtes de Bourgogne entre alors en conflit ouvert avec Othon II et une guerre éclate dans la région de Poligny s'étalant de 1208 jusqu'au traité de paix de Dijon signé le 18 octobre 1211.

C'est durant cette période de conflit qu'Othon entreprend la construction du château, accompagné d'un bourg fortifié le jouxtant. Au carrefour de plusieurs routes importantes (entre Poligny, Salins, Arbois et la Suisse vers le sud-est et la Bresse vers le sud-ouest), ce château occupe une position relativement stratégique.  

Conflit avec le prieuré de Vaux

Planche du cadastre de Montrond de 1823. Archives départementales du Jura.

Etabli sur les terres cultivées par des serfs déjà installés au pied de la colline appartenant au prieuré de Vaux-sur-Poligny (relevant de Cluny), la construction du château suscita chez les moines la crainte d'être usurpés. Malgré le partage des produits de Montrond, les moines n'urent de cesse de revendiquer la propriété de tous les revenus et leurs réclamations ne prirent fin qu'après la signature d'un acte de paix à Dole en novembre 1227.

Le prieur de Vaux se vit confier la possession de l'église du bourg accolé au château et la perception des dîmes de la paroisse, et put même construire et occuper une des tours du château dite "tour du prieur" pour administrer ses biens et faire valoir ses droits.

La conquête par Louis XI

Donjon vu du sud. Carte postale du début XXe siècle.

Le château, bien que réputé très fort, entouré de fossés larges et profonds, protégé par de hauts murs d'enceinte, ne résista cependant pas aux assauts de Louis XI et fut démantelé en 1479.

Dès lors ses vestiges furent utilisés en carrière de pierres par les habitants du village, et on peut le constater sur quelques anciennes fermes établies sous le flanc est de la colline qui présentent sur leurs façades des pierres très bien équarries probablement prélevées sur le site du château.

 

Écrire un nouveau commentaire: (Cliquez ici)

123siteweb.fr
Caractères restants : 160
OK Envoi...

François RIZZON | Réponse 04.04.2018 10.48

Magnifique cette nouvelle réalisation ! Bonne continuation !

Voir tous les commentaires

Commentaires

08.04 | 14:14

Merci pour ce reportage photo et les renseignements qui m'ont permis de retrouver le lieu de Richebourg (cité dans un document de 1381 sur Poligny).

...
04.04 | 10:48

Magnifique cette nouvelle réalisation ! Bonne continuation !

...
17.07 | 00:45

Merci ! Un décryptage difficile et toujours sujet à caution, mais des plus passionnants en confrontant terrain, relevés et description du XVIIe siècle.

...
17.07 | 00:00

Encore une reconstitution passionnante, richement documentée et très étayée.
Vous facilitez la compréhension du site, peu lisible dans son état actuel...

...
Vous aimez cette page